Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 13:26
Conseil municipal de décembre 2012

Voir intervention précédente - Faire voter le conseil municipal pour décider qui va siéger ! Je me suis levée, je suis partie, sauf qu'en quittant la salle, il est question de moi. Donc, je suis revenue m'asseoir ! Pour expliquer pourquoi je me lève !
Monsieur GAZEILLES – J’émets un avis favorable et, avant le départ de Mme ADIL, je rebondis sur le
petit épisode évoqué pour déplorer que les élus ne siègent pas au conseil municipal. Néanmoins, le
fait de recevoir une convocation paraît assez légitime. Je pense qu’il serait judicieux d’envoyer un mail
à l’ensemble des conseillers quelques jours avant la tenue des conseils pour couper court à toute
polémique ultérieure. Cela permettrait d’éviter d’être critiqué sur ce point.

Monsieur le Maire – M. ARTINIAN avait reçu la convocation pour la commission qui précédait le
conseil municipal.

Monsieur GAZEILLES – Je le sais, mais comme il a déjà fait le coup de recevoir la convocation pour
la commission sans comprendre que le conseil municipal se tenait la semaine suivante, je pense qu’il
serait préférable d’envoyer une précision, notamment dans la convocation à la commission, sur le fait
que le conseil municipal se tient à telle date. Ainsi, il ne pourra plus dire qu’il n’était pas informé de la
date du conseil municipal. Cela permettrait d’éviter d’être critiqué.

Monsieur le Maire – Bien sûr, nous enverrons les mails et les convocations. Je précise que les dates
figurent dans le bulletin municipal.

Madame ADIL – Dans le bulletin municipal du mois de novembre, il me semble qu’un conseil
municipal est annoncé le 28 novembre. Or, ce conseil municipal n’a pas eu lieu, alors qu’il était
annoncé. Je pense même avoir reçu un appel d’un citoyen consciencieux qui s’étonnait, se rendant à
la mairie, que les portes soient fermées.

Monsieur le Maire – Il est préférable de donner trop d’informations que pas assez.

Madame ADIL – Deuxième chose – ne me coupez pas la parole, M. KALTENBACH soyez poli, je vous
en prie – j’insiste sur le fait que la procédure n’a pas été respectée. La réglementation n’a pas été
respectée. Il y a eu erreur, cela arrive. Vous auriez pu vous excuser, il me semble que cela est la
moindre des choses.

Doit-on répéter que de nombreux élus, ici, sont bénévoles et quand bien même
ils sont indemnisés, ils passent beaucoup de temps à leurs missions ? Ce manque de respect pour la
démocratie, pour des personnes qui se dévouent, n’est pas acceptable.

M. ARTINIAN et moi-même souhaitons insister sur ce point. Nous n’avons même pas reçu un mot d’excuse de M. KALTENBACH.
Je suis désolée, mais un minimum aurait pu être fait. J’insiste sur ce point.

Mesdames et messieurs les élus, vous avez voté sur le fait de ne pas accepter le report du conseil
municipal. Mais, vous n’aviez pas à voter. Ce vote ne respecte pas les règles. Et ensuite, vous venez
donner des leçons.

Et dans le compte rendu municipal, il est écrit : « soyez polie, Mme ADIL ».

Mme ADIL est tellement polie qu’elle ne dit rien. Elle ne dit pas que M. KALTENBACH n’est pas poli
alors qu’une vidéo, qui continue de circuler sur YouTube, montre l’un de ses anciens maires adjoints
déclarer que « Rachel c’est vraiment une … ». Vous ne vous êtes pas non plus excusé, d’ailleurs vous
avez ri.

Ne pas couper la parole, c’est être poli, mais il y a des moments où il faut savoir couper la
parole. Je vous reproche l’exemple que vous donnez.

Quel exemple donnez-vous de la démocratie locale ?

Monsieur le Maire – Nous n’allons pas polémiquer. Maintenant, cela suffit. Vous trouvez de bonnes
excuses pour ne pas participer au conseil municipal, comme M. ARTINIAN. C’est votre problème.
Vous devez assumer. Un vote du conseil municipal a eu lieu.

Madame ADIL – Ce vote du conseil municipal, je le répète, n’avait pas à avoir lieu.

Monsieur le Maire – Il fallait attaquer Mme ADIL. Si vous pensez qu’il y a des problèmes juridiques,
attaquez.

Madame ADIL – Basons nous sur des points juridiques, ce vote ne devait pas avoir lieu.

Monsieur le Maire – Bien, je vais faire fusiller tous les conseillers municipaux qui ont voté.

Madame ADIL – Utiliser la dérision est facile. Vous allez couper les têtes de l’ensemble du personnel
de la mairie, vous l’avez annoncé lors du dernier conseil municipal. Maintenant, vous allez fusiller.
Allez-y, jouez, nous ne sommes pas au théâtre ici.

Monsieur le Maire – Je pense que vos déclarations passionnent les Clamartois. Ici, les élus
souhaitent travailler au service de Clamart et ne sont pas présents pour faire des shows, ou faire des
représentations pour essayer de se donner un rôle. Nous sommes ici pour travailler au service de la
population.

Madame ADIL – Moi aussi, je suis ici pour travailler au service de la population, comme vous le dites.
Moi aussi, je me dévoue, je passe du temps, et je ne veux pas en perdre sur certaines choses.
 
 Et cette fois-ci, je suis partie pour de bon...

A noter - les conseils de Monsieur le Maire:
Si vous pensez qu’il y a des problèmes juridiques, attaquez.
Comme si un conseil municipal, des élus municipaux devaient perdre leur temps à encombrer des Tribunaux... Loin du bon sens, de la bonne gestion d'une ville où le dialogue prime. Et je me demande si ce sont les conseils qu'il donne aux habitants... sauf qu'une bataille juridique entre une ville et un habitant est inégal. Ne serait-ce qu'en budget "avocat" pour défendre ses droits..
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Clamoche au Conseil municipal de Clamart
  • : Conseillère municipale depuis 2008, Clamoche devient Rachel ADIL le temps des séances de Conseil municipal, à Clamart
  • Contact

Qui suis-je?

Non, vous ne verrez pas ma photo!
- Ni sur mon site;
- ni sur le site officiel de la ville de Clamart!

Et pourtant, je suis bien Conseillère municipale à Clamart.

Un coup de chance !
- à quelques mètres près, je serai Vélizienne;
ou encore du Plessis Robinson...

Au Conseil municipal, j'essaie de défendre :
- l'écologie, une approche terre à terre;
- la place des femmes
... et, bien sûr, l'extrême bout du Haut Clamart.

Quoi que, pour le bout du Haut Clamart, il y a Clamoche!
Clamoche qui garde toute ma fidélité.

Rachel ADIL
rachel@clamoche.com
06 66 71 71 08

Recherche