Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 08:58

Conseil municipal de février 2013

Question nº 3 de l’ordre du jour
Approbation du procès-verbal intégral de la séance du Conseil Municipal du 30 janvier 2013.

Monsieur le Maire – Avez-vous des remarques ?

Madame ADIL – Comme d’habitude, je vais vous communiquer la répartition des temps de parole
selon le critère homme femme, hors propos de Monsieur le Maire, maître de séance et de céans et
hors présentation du budget, budget poétique présenté par Monsieur l’adjoint aux finances.
- Temps de parole pour les hommes : 83,6 % ;
- temps de parole pour les femmes : 13,4 %.

Les hommes lèvent la main, les femmes gardent le silence, un déséquilibre, alors que la parité existe dans ce
conseil municipal, sauf dans un groupe qui ne présente aucune femme, à savoir le MODEM.

La parité n’est pas synonyme d’égalité. Qu’importe ! Je sais qu’il faut se répéter et insister et j’insiste sur cette répartition, car j’espère que cela finira par faire bouger les lignes petit à petit ici ou ailleurs.

Je pense notamment au peuple des connecteurs. Je te remercie, José, du peuple des connecteurs d’être venu ce soir. Je te salue, collègue.

Le peuple des connecteurs m’a informée d’un amendement déposé au Sénat courant janvier, sur la possibilité de rembourser les frais de garde des élus non indemnisés et leur permettre ainsi de pouvoir
siéger au conseil municipal. Cet amendement visait à systématiser cette possibilité, sans doute pour éviter à des élus de se retrouver dans une situation que j’ai vécue ici pendant deux ans. J’ai en effet dû me battre pendant deux ans pour que cette délibération sur la possibilité de remboursement des frais de garde puisse passer, l’idée étant que toute femme puisse siéger au conseil municipal.

Je suis très contente que cet amendement ait été déposé, car il évitera à d’autres élus ce que j’ai vécu
ici dans ce conseil municipal. Je suis vraiment touchée par ce sénateur qui a cette sensibilité.

Monsieur KALTENBACH, Monsieur le Sénateur, vous qui avez déposé cet amendement, bravo !

[...]

Monsieur le Maire – [...] Je remercie Mme ADIL pour son intervention concernant le travail du
sénateur, votre serviteur.
Le procès-verbal de la séance du 30 janvier 2012 est approuvé à l’unanimité (5 abstentions).

Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 13:26
Conseil municipal de décembre 2012

Voir intervention précédente - Faire voter le conseil municipal pour décider qui va siéger ! Je me suis levée, je suis partie, sauf qu'en quittant la salle, il est question de moi. Donc, je suis revenue m'asseoir ! Pour expliquer pourquoi je me lève !
Monsieur GAZEILLES – J’émets un avis favorable et, avant le départ de Mme ADIL, je rebondis sur le
petit épisode évoqué pour déplorer que les élus ne siègent pas au conseil municipal. Néanmoins, le
fait de recevoir une convocation paraît assez légitime. Je pense qu’il serait judicieux d’envoyer un mail
à l’ensemble des conseillers quelques jours avant la tenue des conseils pour couper court à toute
polémique ultérieure. Cela permettrait d’éviter d’être critiqué sur ce point.

Monsieur le Maire – M. ARTINIAN avait reçu la convocation pour la commission qui précédait le
conseil municipal.

Monsieur GAZEILLES – Je le sais, mais comme il a déjà fait le coup de recevoir la convocation pour
la commission sans comprendre que le conseil municipal se tenait la semaine suivante, je pense qu’il
serait préférable d’envoyer une précision, notamment dans la convocation à la commission, sur le fait
que le conseil municipal se tient à telle date. Ainsi, il ne pourra plus dire qu’il n’était pas informé de la
date du conseil municipal. Cela permettrait d’éviter d’être critiqué.

Monsieur le Maire – Bien sûr, nous enverrons les mails et les convocations. Je précise que les dates
figurent dans le bulletin municipal.

Madame ADIL – Dans le bulletin municipal du mois de novembre, il me semble qu’un conseil
municipal est annoncé le 28 novembre. Or, ce conseil municipal n’a pas eu lieu, alors qu’il était
annoncé. Je pense même avoir reçu un appel d’un citoyen consciencieux qui s’étonnait, se rendant à
la mairie, que les portes soient fermées.

Monsieur le Maire – Il est préférable de donner trop d’informations que pas assez.

Madame ADIL – Deuxième chose – ne me coupez pas la parole, M. KALTENBACH soyez poli, je vous
en prie – j’insiste sur le fait que la procédure n’a pas été respectée. La réglementation n’a pas été
respectée. Il y a eu erreur, cela arrive. Vous auriez pu vous excuser, il me semble que cela est la
moindre des choses.

Doit-on répéter que de nombreux élus, ici, sont bénévoles et quand bien même
ils sont indemnisés, ils passent beaucoup de temps à leurs missions ? Ce manque de respect pour la
démocratie, pour des personnes qui se dévouent, n’est pas acceptable.

M. ARTINIAN et moi-même souhaitons insister sur ce point. Nous n’avons même pas reçu un mot d’excuse de M. KALTENBACH.
Je suis désolée, mais un minimum aurait pu être fait. J’insiste sur ce point.

Mesdames et messieurs les élus, vous avez voté sur le fait de ne pas accepter le report du conseil
municipal. Mais, vous n’aviez pas à voter. Ce vote ne respecte pas les règles. Et ensuite, vous venez
donner des leçons.

Et dans le compte rendu municipal, il est écrit : « soyez polie, Mme ADIL ».

Mme ADIL est tellement polie qu’elle ne dit rien. Elle ne dit pas que M. KALTENBACH n’est pas poli
alors qu’une vidéo, qui continue de circuler sur YouTube, montre l’un de ses anciens maires adjoints
déclarer que « Rachel c’est vraiment une … ». Vous ne vous êtes pas non plus excusé, d’ailleurs vous
avez ri.

Ne pas couper la parole, c’est être poli, mais il y a des moments où il faut savoir couper la
parole. Je vous reproche l’exemple que vous donnez.

Quel exemple donnez-vous de la démocratie locale ?

Monsieur le Maire – Nous n’allons pas polémiquer. Maintenant, cela suffit. Vous trouvez de bonnes
excuses pour ne pas participer au conseil municipal, comme M. ARTINIAN. C’est votre problème.
Vous devez assumer. Un vote du conseil municipal a eu lieu.

Madame ADIL – Ce vote du conseil municipal, je le répète, n’avait pas à avoir lieu.

Monsieur le Maire – Il fallait attaquer Mme ADIL. Si vous pensez qu’il y a des problèmes juridiques,
attaquez.

Madame ADIL – Basons nous sur des points juridiques, ce vote ne devait pas avoir lieu.

Monsieur le Maire – Bien, je vais faire fusiller tous les conseillers municipaux qui ont voté.

Madame ADIL – Utiliser la dérision est facile. Vous allez couper les têtes de l’ensemble du personnel
de la mairie, vous l’avez annoncé lors du dernier conseil municipal. Maintenant, vous allez fusiller.
Allez-y, jouez, nous ne sommes pas au théâtre ici.

Monsieur le Maire – Je pense que vos déclarations passionnent les Clamartois. Ici, les élus
souhaitent travailler au service de Clamart et ne sont pas présents pour faire des shows, ou faire des
représentations pour essayer de se donner un rôle. Nous sommes ici pour travailler au service de la
population.

Madame ADIL – Moi aussi, je suis ici pour travailler au service de la population, comme vous le dites.
Moi aussi, je me dévoue, je passe du temps, et je ne veux pas en perdre sur certaines choses.
 
 Et cette fois-ci, je suis partie pour de bon...

A noter - les conseils de Monsieur le Maire:
Si vous pensez qu’il y a des problèmes juridiques, attaquez.
Comme si un conseil municipal, des élus municipaux devaient perdre leur temps à encombrer des Tribunaux... Loin du bon sens, de la bonne gestion d'une ville où le dialogue prime. Et je me demande si ce sont les conseils qu'il donne aux habitants... sauf qu'une bataille juridique entre une ville et un habitant est inégal. Ne serait-ce qu'en budget "avocat" pour défendre ses droits..
Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 09:10

Conseil municipal de décembre 2012

Question nº 3 de l’ordre du jour
Approbation du procès-verbal intégral de la séance du Conseil Municipal du 24 octobre 2012.

Monsieur le Maire – Avez-vous des remarques?

Madame ADIL –Exceptionnellement, je ne donnerai pas la répartition des prises de parole homme femme. Vous êtes grands et vous pouvez maintenant la calculer vous-mêmes. Je vais vous lire une lettre de mon collègue, M. ARTINIAN, absent ce soir, comme lors du dernier conseil municipal.

« Monsieur le Sénateur-maire, chers collègues, comme vous le savez, pour chaque séance du conseil municipal une convocation doit être adressée à chacun de nous. Cette convocation est obligatoire et le non-respect de cette obligation rendrait illégale toute décision de l’assemblée délibérante prise au cours de la séance.
Je n’ai pas été convoqué pour la séance du 24 octobre 2012. Au début de la séance, notre collègue, Rachel ADIL, a demandé un report pour ce motif. Le sénateur-maire a refusé et face aux protestations il a demandé au conseil municipal de se prononcer par un vote sur cette demande de report. Cela est contraire aux lois de la République.

Le premier magistrat de la ville s’est permis, en toute connaissance de cause, de bafouer la loi. Soucieux de l’intérêt général, je n’ai pas voulu faire annuler toutes les décisions prises lors de cette séance, car ce sont d’abord les Clamartois qui en auraient été pénalisés.

Mais, pour protester contre l’attitude du sénateur-maire, et de mes collègues de la majorité municipale, j’ai décidé de ne pas participer à la séance du 19 décembre 2012 ».

Ceci explique l’absence de mon collègue, et je me pose la question de ma présence. Je vous demande donc, mesdames et messieurs les élus de cette ville, de voter pour savoir si je dois assister à ce conseil municipal comme vous l’avez fait il y a deux mois. Je vous remercie.

Monsieur le Maire – Je n’ai rien décidé. Le conseil municipal souverain a voté à l’unanimité, majorité et opposition.


Monsieur SEYLER – En page 10, je souhaite compléter mon propos et préciser que la surface de plancher ne prend pas en compte les places de stationnement et les caves, contrairement à la situation précédente.


Monsieur le Maire – Avez-vous des oppositions ?

Madame ADIL –Je ne veux pas vous couper la parole, Monsieur le Maire, étant une personne très polie, et je demande que le conseil municipal vote pour savoir si en tant que membre de l’opposition, je peux assister à ce conseil municipal.

Monsieur le Maire – Avez-vous des oppositions sur ce procès-verbal ? Des abstentions ?

Le procès-verbal de la séance du 24 octobre 2012 est approuvé à l’unanimité (5 abstentions).

Note : comme  le conseil municipal vote pour savoir si en tant que membre de l’opposition, je peux assister à ce conseil municipal, j'ai ramassé mes affires et je me suis levée... sauf que !

Cette intervention
Le sénateur-maire a refusé et face aux protestations est Le Maire décide qui siège dans l'opposition

Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 16:48
Conseil municipal du 27 février 2013

 
Question n° 11 de l’ordre du jour
Refondation de l’école – nouveaux rythmes scolaires – décret n°2013-77 du 24 janvier 2013 relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires
Madame ADIL – Je pense que la seule réforme qui vaudrait réellement la peine n’est pas celle des
rythmes scolaires, mais une réforme qui s’appuie sur le rythme solaire. La seule réforme qui tiendrait la
route selon moi serait celle qui empêcherait les enfants de prendre la route le matin dans la nuit en
plein hiver, c'est-à-dire revenir à un rythme plus proche de la chronobiologie.

Avant toute réforme, je conseillerais à tout un chacun et tout un chacune, de lire un livre de référence,
« Vers un monde sans école » de Yvan ILLICH. Il s’agit d’un autre axe de réflexion, et peut-être
faudrait-il s’en inspirer pour avancer.
Monsieur MEIER – Je crois avoir lu ILLICH il y a bien longtemps, et il faudra que je m’y remette. [...]
Note - Et je suis ravie que Monsieur Meier se mette à la relecture de Ivan Illich
 
 
Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 21:38

Conseil  municipal de Clamart – Septembre 2012

.
Création du nouveau marché communal d’approvisionnement des Hauts-de-

Clamart, localisé sur le parvis de la Place Aimé Césaire et approbation de son

règlement intérieur (page 19)

Madame ADIL
– J’ai noté que l’inauguration était prévue vendredi à 18 h -18h30. Or, à 18 h

Mme RAKOFF a envoyé le courrier pour mettre en place - enfin au bout de deux ans ! – le plan

d’action pour cette fameuse Charte pour l’égalité des femmes et des hommes.
 

Madame RAKOFF – Madame ADIL, nous allons nous partager les tâches et nous verrons qui viendra.

Je pense que nos collègues élus se priveront de l’animation brésilienne pour nous retrouver dans nos

travaux sur la charte. Nous noterons les noms.
 

Monsieur le Maire – Les hommes iront faire le marché. Cela changera. Il se passe tellement de

 

choses à Clamart, beaucoup d’animation, de services, de réunions.

Retour : Concurrence, concurrence !

Concurrence le jour de l'inauguration - les priorités des élus
Peu d'élus présents, en effet, le jour de la réunion - la première réunion, deux ans après ! sur le plan d'action sur la mise en place de la charte européenne Homme Femme
Et comme on se demande à quoi a seri cette réunion puisqu'un an plus tard, toujours rien de posé !

 

Concurrence les joyrs de marché, Pas assez d'attractivité ? 
Marché - peu demonde aussi sur ce marché place Aimé Césaire - Quel devenir pour ce marché? en dépit des efforts de Monsieur Dubut, Monsieur l'adjoint au commerce.

Monsieur Dubut qui avait déclaré :
 

Monsieur Dubut : 
Je préfère rester calme et nous verrons au printemps s’il est judicieux de l’agrandir. Je crois que monsieur le Sénateur maire est allé le visiter et est revenu très satisfait, car il est pratiquement plein.

Vous avez trois marchands de légumes, deux poissonniers, bien qu’un seul 
était présent vendredi, le boucher nous a fait faux bond malheureusement - je suis un peu inquiet pour retrouver un boucher, car nous n’arrivons pas à en trouver dans les marchés couverts - un poulet en camion, un marchand de pizzas. Je suis d’accord avec vous [Madame Huard ] sur le fait qu’il y a de nombreux volants. Nous avons un traiteur indien, un très beau stand de confiseries bonbons, des plats cuisinés, nous attendons un camion qui nous fera du traiteur, et nous lui demanderons d’apporter un peu de charcuterie.

Nous sommes optimistes,




 

Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 21:50

Conseil  municipal de Clamart – Septembre 2012

.
Fin de séance - il est déjà tard, fort tard...  le dernier point de cette séance - or, suspension de séance !
 

Monsieur le Maire – Il nous reste le voeu à examiner, mais auparavant je vais faire une suspension de séance de quelques minutes.

 


VOEU

Monsieur le Maire – Je vous remercie de regagner vos places. La parole est à Mme ADIL pour la

présentation de son voeu.

Madame ADIL – Je vous remercie.

[Lecture de mon voeu, conforme à l'envoi en version papier]

« Burn out, la prévention pour les élus.

Quand l’investissement professionnel devient trop lourd à porter, il y a risque d’épuisement, de burnout.

Le burn-out peut concerner toutes les professions qui demandent un engagement personnel

intense. Les élus qui cumulent les mandats, par exemple être maire et sénateur, sont des personnes

avec un engagement personnel intense.

Le burn-out peut se manifester ainsi chez les personnes 
concernées :
- l’épuisement émotionnel, le sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles ;
- la 
dépersonnalisation ou le cynisme ;
- l’insensibilité au monde environnant ; la déshumanisation de la 
relation à l’autre ; les usagers clients ou patients deviennent des objets.

 

Les élus qui cumulent des mandats – je reprends cet exemple de maire et sénateur – encourent donc

de grands risques : le cynisme et la déshumanisation avec toutes les conséquences non seulement

pour eux, mais pour l’ensemble de leur entourage et pour l’ensemble des citoyens et des citoyennes.


D’où ce voeu de prévention santé pour aider les élus qui cumulent à démissionner.
 

Les mesures de prévention doivent empêcher une aggravation de la santé des personnes déjà

menacées d’épuisement et parallèlement prévenir l’apparition d’autres cas. Ce voeu, son approbation

en conseil municipal va permettre de sensibiliser les élus qui cumulent sur les risques encourus tant

pour eux que pour leur entourage, encourager les électeurs et les électrices à écrire à leurs élus qui

cumulent afin de les air à démissionner.

Comme il s’agit d’un acte de prévention, il est demandé que ce voeu soit transmis à chaque élu qui

cumule des mandats, chaque parti politique dont des adhérents cumulent des mandats ainsi qu’aux

professionnels en lien avec la santé et le travail, comme le comité d’hygiène et de sécurité des

conditions de travail, le CHSCT, les organismes de santé, comme la CPAM, la médecine du travail afin

de favoriser la mise en place de mesures de prévention auprès des élus qui cumulent.
 

Toutes les définitions du burn-out sont tirées de l’institut national de recherche et de sécurité pour la

prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Les références figurent

sur le site. »

[Et quelques ajouts]

Concernant ce voeu, je voudrais souligner deux éléments. Je souhaite remercier tout d’abord les Dr

YVES, du Peuple des connecteurs, et Isabelle CHIVILLO, présente dans cette salle, puisque ce

sont eux qui m’ont sensibilisée à cette question de burn-out et qui m’ont aidé à rédiger ce voeu.
 

Je voudrais aussi remercier M. TROTTIGNON de l’association ANTICOR pour ses encouragements et pour ses nombreuses informations, comme la liste de tous les mandats que vous cumulez, M. KALTENBACH. Je ne savais que c’était si long, je l’ai découvert en lisant son article.


Et là, ont commencé de longs, longs débats... ou faux semblant de débats ! 

Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 21:27

Conseil  municipal de Clamart – Septembre 2012



Avis sur le nouveau projet de Plan de Déplacements Urbains d’Ile-de-France (PDUIF)

Monsieur GAZEILLES
–  […] Choisir les transports en commun et les circulations douces à la place de la voiture représente un choix responsable. J’ajoute qu’en période de crise, il s’agit également d’un choix social, car le budget automobile devient insoutenable pour les foyers à revenus modestes.

Il est donc faux d’affirmer que l’avenir est à la voiture.

Madame ADIL
– Je suis tout à fait d’accord avec vous, M. GAZEILLES, sur la possibilité de se passer

de voiture en petite couronne. Je reviens donc à une question que j’ai déjà posée à deux reprises,

M. KALTENBACH. Puisqu’en tant que sénateur vous avez le métro, le taxi gratuit intra-muros, le train,

un vélo électrique – l’on sait que vous ne prenez pas l’avion entre Clamart et le Sénat, puisque vous

l’avez déclaré lors du conseil municipal de mai 2012 - allez-vous vous séparer de votre voiture si chère et si polluante ?

Monsieur le Maire –  Comme je sais que Mme ADIL se préoccupe beaucoup de ma situation personnelle – je ne sais pas si cela est flatteur – je précise que je soutiens l’industrie automobile française.

Jusqu’à une date récente, les constructeurs français ne fabriquaient pas de véhicules électriques ou hybrides de qualité. Il se trouve que la situation change et cela constitue une bonne nouvelle. Lorsque M. MONTEBOURG souhaite aider l’industrie automobile, il soutient cette transition vers des véhicules propres et qui consommeront moins d’énergie. Il ne s’agit pas de donner des primes à la casse pour continuer à acheter des véhicules polluants très consommateurs d’énergie fossile, mais de faire en sorte que l’industrie automobile française soit en pointe dans la construction de véhicules propres, de qualité et consommant moins d’énergie que les véhicules en service
[…]
Certains pays ont pris de l’avance sur ces dossiers, et il est important que l’industrie automobile

française puisse rattraper ce retard. Comme elle est en passe de le faire avec des véhicules hybrides

maintenant proposés par des constructeurs français, je changerai mon véhicule actuel – afin d’être

agréable à Mme ADIL – qui ne consomme que de l’essence pour un véhicule hybride qui en

consommera moins et utilisera l’énergie électrique.

Précision :
Comme je sais que Mme ADIL se préoccupe beaucoup de ma situation personnelle 
Ceci est une allusion à mon voeu sur le Burn out qui est présenté en fin de séance.

Cette réflexion 
afin d’être 
agréable à Mme ADIL est une façon de rabaisser mes interventions;  comme s'il s'agissait de caprices alors que je dénonce le cumul des mandats ainsi que tous les avantages liés à la fonction de Sénateur. Avantages démesurés qui coupent les élus des gens. 


 

Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 21:20

Conseil  municipal de Clamart – Septembre 2012


Rapport d’activité du Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Île-de-France

(SIGEIF) relatif à l’année 2011

Madame ADIL
– Vous avez oublié de dénombrer le nombre d’hommes au bureau du syndicat : 17

hommes en 2010.
 

Monsieur GAZEILLES – Je confirme quil n’y a que des hommes au bureau du SIGEIF

 Monsieur Gazeilles avait souligné ce point -
que des hommes au Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Electricité en Île-de-France - à mon attention... en 2009 !

Et de là, chaque année, je demande ! pour constater : pas d'évolution !

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 20:55

Conseil  municipal de Clamart – Septembre 2012


Désignation de deux représentants du Conseil Municipal, membres de l’opposition

comme observateurs à la Commission d’attribution des logements, instance de l’OPH

Clamart Habitat

Délibération qui s'explique suite à "l'affaire de la vidéo"

Madame ADIL
– J’espère que Mme HUARD va siéger, sinon la commission ne comprendra que des

hommes. Je rappelle que le conseil municipal a approuvé, il y a deux ans, la Charte européenne

d’égalité pour les femmes et les hommes, et qu’il disposait de deux années pour sa mise en oeuvre et

pour définir sa stratégie sur ce sujet. Mme RAKOFF, je crois que nous avons beaucoup avancé sur

cette charte

 

Madame RAKOFF – Mme ADIL a raison, j’essaie d’être honnête intellectuellement. Je rappelle que

notre première réunion concernant la mise en place de la charte est programmée vendredi soir à

18 h 30. Nous ne restons donc pas totalement inactifs. Il est vrai que de nombreuses actions devront

être menées au sein du personnel municipal, au niveau de la représentativité des femmes en politique.

Ce sujet est vaste. Nous en avons discuté, vous m’aviez prévenue de votre intervention et je vous

réponds qu’il n’y a pas de problème et que nous commencerons à travailler vendredi soir.
 

Madame ADIL – Vous me dites qu’il n’y a pas de problème, alors que cela fait deux années que cette charte a été approuvée. Au bout de deux années, nous recevons un courrier pour une réunion qui se tiendra dans deux jours. 


Deux années pour une réunion !

Je ne vous le reproche pas, Mme RAKOFF, 
je le reproche à monsieur le maire, puisque vous êtes maître ici.

Je ne comprends pas ce qui se 
passe. Nous avons un très bel exemple avec Clamart habitat dont la commission d’attribution des logements va être constituée de quatre élus, quatre hommes. C’est la raison pour laquelle je souhaite que Mme HUARD siège, car il est nécessaire qu’une femme puisse apporter dans le domaine du

logement sa sensibilité sur les situations vécues par les femmes, en particulier les femmes seules, les

femmes victimes de violence. Ces problématiques vont encore « passer à la trappe ».

 

Monsieur le Maire – Je rappelle que nous avons désigné des délégués pour le conseil d’administration de Clamart habitat, avec Mme HUARD pour l’opposition, mais également Mme ALTAMIRANO, Mme POIRIER.

 

Je signale que le conseil d’administration comporte trois femmes : Mme HUARD, Mme ALTAMIRANO,

et Mme POIRIER. Je rappelle que M. KEHYAYAN est adjoint au logement, que M. SEYLER l’était

auparavant. Ensuite, les groupes d’opposition désignent leurs candidats. Je pense qu’il ne faut pas

tomber dans la caricature. Il n’est pas possible de réaliser la parité partout. Certaines commissions

sont composées de davantage de femmes que d’hommes et nous ne sommes pas dans un décompte

précis. À Clamart, nous sommes exemplaires en matière de respect des droits des femmes grâce au

travail de la première adjointe qui a en charge cette délégation.

Par honneteté intellectuelle - pour dire comme Madame Rakoff - je me suis trompée... Je ne savais pas que 
Mme ALTAMIRANO, Mme POIRIER y siégeaient.

Et toujours par
honneteté intellectuelle - je me demande si le Maire suit ces dossiers lorsqu'il déclare :
 
nous sommes exemplaires en matière de respect des droits des femmes grâce au

travail de la première adjointe qui a en charge cette délégation.

- Deux ans pour enoyer un courrier !

de la part de la première adjointe pour enfin une première réunion pour la mise en place de la Charte européenne Egalité Homme / Femme

- Deux ans pour la délibération sur la possibilité de remboursement des frais de garde pour élu.es non indemnisé.es - pour qu'elle soit enfin votée en conseil municipal ! 
Cette délibération que j'avais présentée, rejetée...  

Voir
Délibération interdiction de tombre de la neige  
La politique de l'absurde 

 

 

Repost 0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 17:13
Conseil municipal de février 2013
Modification de l’article 32 du Règlement Intérieur du Conseil Municipal
Monsieur Berger -
 
.[..] Je trouve que la manière dont vous procédez en ce qui concerne les droits de l’opposition, en l’occurrence la tribune, montre que vous faites preuverégulièrement d’un cynisme assez déconcertant et d’un autoritarisme qui n’est pas à votre honneur.
Je veux dire qu’en ce qui concerne la présente délibération, vous nous proposez très simplement de
réduire l’espace réservé à l’opposition. Il était jusqu’ici de 6 000 signes contre 8 000. Désormais, nous
aurons 4 000 signes contre 10 000. En réalité, la partie qui est proposée à mon groupe représente
14 % de la tribune globale alors que nous avons réuni au premier tour 34,5 % des voix.

C’est manifestement déséquilibré et tout à fait peu représentatif des équilibres politiques réels de la
commune.
Votre pratique est tellement caricaturale qu’elle permet aux gens de voir la manière dont vous vous
comportez.
Vous avez été condamné par le juge pour ne pas avoir respecté la tribune que je vous
avais envoyée.
Mme ADIL a souligné le fait que vous ne permettez pas au groupe de mettre en forme
leur tribune, alors que rien ne l’interdit dans le règlement intérieur. Cela peut paraître anecdotique,
mais vous souhaitez en réalité, en interdisant le gras et la mise en italique, que les tribunes soient le
moins lisibles possible pour le public ainsi que les arguments défendus par les différents groupes.

De la même manière, alors que rien ne le prévoit dans le règlement intérieur, vous vous autorisez des
droits de réponse qui réduisent l’espace disponible pour les différents groupes et qui tassent le texte
sans aucune raison. Voilà des faits précis.

J’ajoute que depuis que vous avez mis en ligne la version mobile du site internet, les tribunes ne sont plus accessibles, ce qui est tout à fait illégal dans la mesure où tous les supports habituels de communication des collectivités doivent permettre l’accès à ces tribunes. J’ajoute que dans le cadre du nouveau site internet, les comptes rendus intégraux des différents conseils municipaux ne sont également plus en ligne alors que vous aviez pris l’engagement que tous ces documents seraient  accessibles.
Cela constitue un certain nombre d’éléments

Cette intervention de Jean Didier Berger, chef de file de l'UMP et l'opposition UMP à Clamart est mise en ligne car elle vient juste suite à mon intervention et elle complète cette question des Tribunes sur ce règlement intérieur concernant les Tribunes. .
Repost 0
Published by Clamoche
commenter cet article

Présentation

  • : Clamoche au Conseil municipal de Clamart
  • : Conseillère municipale depuis 2008, Clamoche devient Rachel ADIL le temps des séances de Conseil municipal, à Clamart
  • Contact

Qui suis-je?

Non, vous ne verrez pas ma photo!
- Ni sur mon site;
- ni sur le site officiel de la ville de Clamart!

Et pourtant, je suis bien Conseillère municipale à Clamart.

Un coup de chance !
- à quelques mètres près, je serai Vélizienne;
ou encore du Plessis Robinson...

Au Conseil municipal, j'essaie de défendre :
- l'écologie, une approche terre à terre;
- la place des femmes
... et, bien sûr, l'extrême bout du Haut Clamart.

Quoi que, pour le bout du Haut Clamart, il y a Clamoche!
Clamoche qui garde toute ma fidélité.

Rachel ADIL
rachel@clamoche.com
06 66 71 71 08

Recherche