Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Un an au conseil municipal
ça carbone trop !

Les élections européennes approchent. La campagne va bientôt commencer. L’environnement sera au cœur des programmes. Comme pour les Municipales ! Elections municipales, un an déjà, et l’heure d’un premier vrai bilan pour une élue ; un bilan carbone.


Etre conseiller.ère municipal.e demande de l’énergie. Et, cette énergie se traduit par l’émission de gaz à effet de serre. L’occasion de dresser un bilan objectif ; d’où ce bilan carbone d’une élue municipale dans une ville de banlieue parisienne.

Le transport est le premier élément de calcul. Chaque mois, des réunions, des commissions… et le bus pour y aller et revenir. Juste un peu de stress quand il s’agit de traverser la cité, aux alentours de minuit. Par contre, le Conseil municipal, mensuel, se termine trop tard. Une heure, deux heures du matin ! A cette heure-là, y’a plus de bus ! 
Entre la Mairie et le domicile de cette élue, 4 kilomètres, une forêt à traverser et une forte déclivité. Quelle autre solution que la voiture ? Jusqu’à présent, le co-voiturage a fonctionné. Merci Isabelle, une amie voisine et passionnée ; une amie, pas une collègue !
Jamais un groupe de travail municipal ne s’est créé pour étudier et trouver des solutions transport entre conseillers et conseillères, entre élu.es de la Majorité et de l’Opposition. Mais il est vrai que chercher des solutions signifie avoir conscience d’un problème. Est-ce le cas ?


Piles de dossiers
Ensuite se pose le calcul des consommables. Et le regard se porte sur les piles de dossiers entassés. Rien que le budget primitif de la ville, c’est 183 pages ! 183 pages parvenues avec l’ordre du jour, des rapports annexes… trois jours avant le conseil municipal. Et, un sentiment de gaspillage à l’idée de tout ces feuilles imprimées, photocopiées… sur du papier pas toujours recyclé !
L’envoi de documents par Internet reste assez réglementé. Les marges d’action sont donc limitées. Contrairement à l’alimentation.

L’alimentation ? Et oui !
A chaque séance de conseil municipal, une bouteille d’eau et un gobelet en plastique sur la table, devant chaque élu.e. Sur une année, c’est quelque 400 bouteilles souvent moitié bues, toujours jetées. Alors, depuis un an, cette conseillère vient avec sa carafe et ses verres… en verre. Carafe qu’elle remplit avec l’eau du robinet des toilettes de la Mairie à plusieurs reprises pendant une même séance.
En effet, quelques collègues jouent le jeu, ayant compris le coût écologique (et financier) de cette eau conditionnée en 33 cl. D’autres s‘abstiennent de boire, gênés, durant tout le conseil. Les Verts, semble-t-il. Une autre raison pour laquelle elle doit souvent aller chercher de l’eau, c’est à cause de l’ambiance surchauffée du conseil.


Ambiance surchauffée
Surchauffée ! Histoire de prendre la température de l’assistance, elle est venue avec son thermomètre en décembre 2008. 22° Celsius affichés ! Cette surconsommation de chauffage, dernier poste de ce bilan carbone, s’explique-t-elle par la chaleur humaine ou le bouillonnement des idées ? C’est l’explication du Maire.  

Un an après les élections, le bilan des élu.es municipaux est loin d’être maigre. Hélas ! Trop de carbone émis par rapport aux idées avancées. 

Et elle se pose cette question : n’est-ce pas aux élu.es de montrer l’exemple, de la plus petite entité, la commune, jusqu’au Parlement européen ?


Rachel ADIL
Artcile publié sur AgoraVox - mercredi 11 mars 2009

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Clamoche au Conseil municipal de Clamart
  • : Conseillère municipale depuis 2008, Clamoche devient Rachel ADIL le temps des séances de Conseil municipal, à Clamart
  • Contact

Qui suis-je?

Non, vous ne verrez pas ma photo!
- Ni sur mon site;
- ni sur le site officiel de la ville de Clamart!

Et pourtant, je suis bien Conseillère municipale à Clamart.

Un coup de chance !
- à quelques mètres près, je serai Vélizienne;
ou encore du Plessis Robinson...

Au Conseil municipal, j'essaie de défendre :
- l'écologie, une approche terre à terre;
- la place des femmes
... et, bien sûr, l'extrême bout du Haut Clamart.

Quoi que, pour le bout du Haut Clamart, il y a Clamoche!
Clamoche qui garde toute ma fidélité.

Rachel ADIL
rachel@clamoche.com
06 66 71 71 08

Recherche