Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

L’androcentrisme, un parti infaillible

Le 8 mars approche…

C’est la Journée des Femmes ; c’est aussi l’anniversaire de la fin de la campagne municipale.

Un an déjà que les élu(es) siègent au Conseil municipal de leur ville. Un regard sur les conseillères.


Elections, installation du conseil et, un an plus tard, déjà deux démissions. C’est dans une ville de la banlieue parisienne. Deux conseillères ! L’ordre de la liste étant respecté, la parité ne l’est plus.
Au conseil municipal, il y a plus d’hommes que de femmes.

Dès le lendemain des élections, des groupes politiques se sont constitués. A leur tête, que des Présidents ! Pourtant, le règlement intérieur du conseil municipal pose le féminin et le masculin ; une avancée par rapport au mandat précédent. L’apparition des deux genres va cependant servir. En ce mois de mars, un an plus tard donc, un changement. Un non inscrit et une non inscrite se sont mis ensemble. Et c’est elle qui commence dans le cadre d’une présidence tournante. Enfin une Présidente ! Symbolique.

En séance municipale, les conseillères font plutôt de la figuration. Elles prennent rarement la parole : dix fois moins que leurs collègues masculins. Leurs interventions sont beaucoup plus brèves : qui prétend que les femmes sont bavardes !

Je me permets de...
Leurs propos commencent souvent par des formules type « je me permets de… » s’excusant presque de troubler l’assemblée. 

Toutefois, ce constat : lorsqu’une conseillère s’exprime, les autres lèvent la main pour demander la parole. Une solidarité féminine, peut-être inconsciente, se met en place.

C’est une avancée douce, subtile qui deviendra peu à peu visible. Après tout, comme l’a déclaré une conseillère, lors d’une délibération concernant une appellation : « Comment voulez-vous que dans notre ville les femmes aient une place… si on ne leur donne même pas un nom de place ! ».

Dans ce conseil municipal, comme dans bien d’autres, force est de constater que la politique de la ville est androcentriste. L’androcentrisme n’est pas un nouveau parti politique ; mais bien une politique au-delà des partis qui écarte… 50% de la population : les femmes.


Rachel ADIL
Article publié sur AgoraVox - samedi 28 février 2009

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Clamoche au Conseil municipal de Clamart
  • : Conseillère municipale depuis 2008, Clamoche devient Rachel ADIL le temps des séances de Conseil municipal, à Clamart
  • Contact

Qui suis-je?

Non, vous ne verrez pas ma photo!
- Ni sur mon site;
- ni sur le site officiel de la ville de Clamart!

Et pourtant, je suis bien Conseillère municipale à Clamart.

Un coup de chance !
- à quelques mètres près, je serai Vélizienne;
ou encore du Plessis Robinson...

Au Conseil municipal, j'essaie de défendre :
- l'écologie, une approche terre à terre;
- la place des femmes
... et, bien sûr, l'extrême bout du Haut Clamart.

Quoi que, pour le bout du Haut Clamart, il y a Clamoche!
Clamoche qui garde toute ma fidélité.

Rachel ADIL
rachel@clamoche.com
06 66 71 71 08

Recherche